FRONTIÈRES un film réalisé par Apolline TRAORÉ
Sortie cinéma le 23 mai 2018 Distribution France Hevadis Films
Séances - Semaine du mercredi 23 mai au mardi 29 mai 2018 - PARIS > Cinéma Espace Saint-Michel, 7 place Saint-Michel, 75005, Paris. séances tous les jours 13H30, 15H10, 16H50, 20H20, 21H55 Mercredi 23 mai 20H20 Débat avec la réalisatrice, Apolline Traoré et l'actrice, Amélie M'Baye. Samedi 26 mai 20h20 Débat avec la réalisatrice, Apolline Traoré et l'actrice, Amélie M'Baye. > Studio Galande, 42 rue Galande, 75005, Paris. Jeudi 24 mai, 19h00, suivi d’une rencontre avec l’équipe du film Vendredi 25 mai, 15h35, Dimanche 27 mai, 14h00, Mardi 29 mai, 18h05 -------------------------- PROVINCE > Le Rex, 364 avenue de la Division Leclerc, 92290, Chatenay Malabry. Mercredi 23 mai, 20h30 Jeudi 24 mai, 14h30 Vendredi 25 mai, 18h30 Dimanche 27 mai, 17h, Débat avec la réalisatrice, Apolline Traoré et l'actrice, Amélie M'Baye. Lundi 28 mai, 18h30 Mardi 29 mai, 14h30 -------------------------- DOM TOM - Île de la Réunion > Ritz, 53 rue Juliette-Dodu, 97400, Saint-Denis. Mercredi 23 Mai, 15h00 - 18h00 - 21h00 Jeudi 24 Mai, 18h00 - 21h00 Vendredi 25 Mai, 18h00 - 21h00 Samedi 26 Mai, 15h00 - 18h00 - 21h00 Dimanche 27 Mai, 15h00 - 18h00 - 21h00 Lundi 28 Mai, 18h00 - 21h00 > Rex, rue Auguste-Babet, 97410, Saint-Pierre. Jeudi 24 Mai à 18h00 Lundi 28 Mai à 18h00 Synopsis Adjara, Emma et Sali se rendent à Lagos. Les trois femmes se rencontrent dans un bus sur le trajet Bamako, Cotonou via Ouagadougou. Le voyage est un parcours de combattants. Elles subissent des pannes de voitures, affrontent des coupeurs de routes et sont témoins de vols entre passagers. Mais leur pire cauchemar reste le franchissement des frontières...
Générique
FILM / DISTRIBUTION Distributeur France : Hevadis Films Récompenses : 2 nominations Année de production : 2017 Type de film : Long-métrage Budget : 547 883€ Langues : français, vostfr Format production : HD Numérique Image : Couleur Format audio : Dolby SR Format de projection : 2K Support film : DCP Durée : 1h 30mn N° de Visa : 145762 CASTING Adjara (Amélie Mbaye) Emma (Naky Sy Savané) Sali (Adizétou Sidi) Micha (Unwana Udobang) EQUIPE PRODUCTON Production : Les films Selmon Coproduction : Araucania Films, Orange Studio Réalisatrice : Apolline Traoré Scenario : Apolline Traoré Images : Ali Lakrouf Son : Bakary Sangaré Montage : Chritian Billette Musique : Réné Aubry, Cyril Morin Décors : Germain Bamouni
Apolline Traoré (réalisatrice) Apolline Traoré est née en 1976 à Ouagadougou, au Burkina Faso. Elle a grandi avec ses deux sœurs et son frère, au gré des mutations professionnelles de son père, diplomate. Après son bac, elle décroche une maitrise de réalisation en cinéma aux États-Unis et commence sa carrière de producteur, scénariste et réalisatrice. Avec son film Frontières, la réalisatrice fait sensation en raflant deux prix spéciaux au FESPACO : le prix de l’intégration pour le meilleur film ouest-africain et le prix Félix Houphouët-Boigny du Conseil de l’Entente. Note d'intention « Frontières » est l’histoire de trois femmes battantes qui vont traverser les frontières du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso et du Nigeria dans le but de mener leurs activités commerciales. ADJARA est une femme de 30 ans sénégalaise avec un enfant ; EMMA est une veuve ivoirienne dans la quarantaine, et enfin SALI, jeune fille burkinabé d’une vingtaine d’années désirant se marier. Elles vivront dans leurs traversées des histoires rocambolesques et tragiques. Confrontées à des agressions multiples ; braquages, viols, corruptions, et à bien d’autres épreuves, ces femmes poursuivront leur chemin jusqu’à destination pour atteindre leurs objectifs. Elles ont risqué leur vie, mais ne s’arrêteront pas pour la survie de leur famille. Aussi différentes par leurs origines que par leurs appartenances religieuses et culturelles, ces femmes ont fait preuve durant tout le parcours d’une solidarité et d’une union remarquables, veillant les unes sur les autres, elles auront exprimé et illustré les notions fortes de solidarité et de complémentarité, grands symboles chers à la CEDEAO. La Communauté Economique Des Etats De L’ Afrique de Ouest (CEDEAO) est sans contexte l’une des instances les plus importantes et les influentes de l’Afrique de l’ouest. Symbole de croissance, d’union, de solidarité et de complémentarité entre les Etats côtiers et les Etats sahéliens, la CEDEAO œuvre pour l’épanouissement économique, social et culturel de ses populations. Toutefois, elle fait face à des défis majeurs de premier ordre qu’elle doit relever dans la réalisation de ses objectifs : corruption, violence, trafics. Autant de freins à la bonne marche des actions d’intégration régionale. Des investissements importants sont engagés pour assurer une libre circulation des personnes et des biens au sein de l’Union. Pourtant, de grandes difficultés subsistent et minent sérieusement le processus d’intégration. Les frontières sont le théâtre de tous les dégoûts pour les populations. N’est ce pas dès la frontière que nous devrions percevoir les lueurs d’une véritable intégration ? Nombreuses sont les personnes qui ont juré ne plus mettre les pieds dans tel ou tel pays, pour la simple raison d’avoir vécu l’enfer à la frontière de ce pays. Le film « Frontières » pose un regard sur les entraves à cette libre circulation. L’objectif de ce film est d’une part de sensibiliser nos Etats sur la problématique des frontières et d’autre part de montrer à travers l’engagement de ces femmes, qui dans leur combat au quotidien pour leur famille ont fait preuve d’une réelle communion, une communion recherchée par CEDEAO et prescrit à nos Etats. Ce film fait surtout état des dangers permanents présents sur les routes transfrontalières causant des souffrances énormes aux populations. J’ai décidé de faire ce film non seulement pour monter les combats de la femme africaine mais surtout de démonter que les choses peuvent changer à une plus petite échelle. La corruption par exemple est un mal que nos états essaient de combattre depuis très longtemps avec très peu de résultats. Je pense vivement que ce combat doit être mené tout d’abord à un niveau individuel. Chaque citoyen doit être conscient et prêt pour cette lutte. Sans cela nos états ont peu de chance de réussir. C’est ce que nos 3 femmes Adjara, Sali et Emma dévoilent dans le film : à une des frontières, une femme et son enfant sont débarqués faute d’avoir payé une « taxe » imaginaire. Adjara s’y oppose. Soutenue par d’autres passagers, ils immobilisent le bus, refusant son départ si la femme n’embarque pas. Craignant une émeute, le douanier est contraint de laisser partir la dame. Des actions de ce genre sont nécessaires car Adjara connaît ses droits et n’a pas peur de se faire entendre. Ce n’est malheureusement pas le cas de nombreux citoyens qui se laissent abuser par les autorités malveillantes, parce qu’ils ne connaissent pas leurs droits. Cependant toutes les actions de résistance ne sont pas bonnes à mener. Face à la violence, il faut souvent faire profil bas. Car les conséquences peuvent être désastreuses. En route vers le Nigeria, Emma est face à des braqueurs qui ont dépouillé tous les passagers du bus. Elle refuse de donner son sac qui contient son argent. Dans une lutte interminable, un autre passager intervient et se fait tuer. Cette action est héroïque mais n’en vaut pas la peine. Car la vie est bien plus précieuse. Je ne prétends pas pouvoir changer le monde avec ce film. Mais si ce film engendre des débats j’aurais atteins mon objectif. Apolinne Traoré, réalisatrice Contacts Hevadis Films - Camille Jouhair tel : 0651159593 mail : hevadis@free.fr Attaché presse - Akinhola Wazi tel : 0767485828 mail : skill.com@free.fr